Iris Legendre




© Iris Legendre
All Rights Reserved

http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_5_poivre2.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_perles femme site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_cercueil.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_femme aiguilles site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_crane.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_femme corne doree- iris legendre site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_halloween.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_plumeblanche.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_iris legendre- homme corail-site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_femme coquillage bonnet d ane site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_vieille aux perles site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_homme escargot 2 site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_frere-soeur.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_soldat plume site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_communiant.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_iris legendre-femme chantilly-new-site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_jean.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_homme coquillage correct site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_coquillage copie.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_jumeauxcrous.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_aiguilles2.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_voilemariee_v2.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_poivre3.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_militaire copie.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_gros clous.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_mariage.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_groupe hommes escargots-site.jpg
http://irislegendre.com/files/gimgs/th-5_coquillagemariee_v2.jpg

Untitled
2010-2014

Ă©pingles, aiguilles, poivre, plume, coquillage, escargot, perles sur photographies
pins, needles, peppercorn, feather, shell, snail, pearls on photographs


Edgare Jones, Revue Namo #01, 2014, p.66

Accroché au mur, il y a le portrait d’un enfant obèse.
Il reste planté là, assis sur un banc, sa main droite enfonce dans sa bouche bien trop grasse une énorme sucette en forme de cardioïde.
Sa mère le gronde. Sa mère, la femme à visage d’épingle, la tête aussi creuse que le chas d’une aiguille.
Honteux, le petit garçon lâche sa sucrerie.
Il se réinstalle. Se met à l’aise. Ses cuisses molles s’écrasent contre la pierre froide du banc, ses collants en laine le grattent, ses souliers
oppressent ses petits pieds potelés. Il a honte alors il se cache.
Sa mère, la femme à tête d’épingle, le visage aussi creux que le chas d’une aiguille, le
regarde encore. L’homme à la tête de corail, son père, regarde le trou qui offense sa tête.
Son regard lubrique tombe sur la mère de l’enfant. Il ne veut pas voir, il entend mais refuse de regarder.
Il ouvre pourtant les yeux. Il voit sa mère, la femme à tête d’épingle et son père, l’homme
Ă  tĂŞte de corail, ils se regardent se glisser des mots doux comme les enfants Ă  travers leurs portraits.
Les poulets débordent du cadre. L’enfant regarde les animaux en papier s’enfuir pendant
que les vers lui rongent les yeux, car il ne veut pas voir.
Les vers grimpent sur son visage, rongent cette peau grasse et informe, ils grimpent jusque
sa tête, envahissent sa nuque, deviennent ses oreilles. L’enfant obèse à tête de vers porte un
loup pour mieux se cacher, ses oreilles pointues qui n’entendent plus rien, les yeux
rongés par le sillon.
L’enfant à tête de vers, lorsqu’il cligne des paupières, ses paroles vont à la ligne.
Des trous béants s’échappent de ses yeux.


Edgare Jones, Revue Namo #01, 2014, p.69

Il n’était pas à l’enterrement du père. Il a pris l’héritage sans broncher. Il a dit devant sa famille
« Maintenant c’est moi. Je serai le père, la tête, la fratrie. » Puis il a fait une pause et un corail
poussa à la place de sa tête. Il n’a rien senti, il ne l’a pas vu venir.
L’homme à tête de corail regarde ces femmes qui se vautrent dans leurs tableaux, bien assises entre les coins du cadre.
Ses mains hésitent, il ne sait plus vraiment comment contenir l’envie, le désir de vivre.
Mais le seul qu’il puisse assouvir, c’est le sien.
L’homme à tête de corail a le visage qui blanchit.